Instruments à clavier > Piano solo

Wolfgang Amadeus Mozart

Sonate pour piano en Ut majeur K. 330 (300h)

Editeur: Ernst Herttrich
Doigtés: Hans-Martin Theopold

6.50 €

Edition Urtext, reliure paperback
commentaire critique exhaustif
(ne pas inclus dans la partition)
disponible à titre gratuit: Télécharger

Pages: 19 (V, 14), Dimension 23,5 x 31,0 cm
N° d'article HN 602 · ISMN 979-0-2018-0602-0

Degré de difficulté (Piano): moyen (Degré 6)

Quiconque a entendu un jour en direct un ou une pianiste de renom dans cette sonate (l’ «Andante cantabile» central est volontiers donné en bis), connaît l’ampleur et l’effet de cette sonate pour piano en Ut majeur, apparemment d’allure plutôt modeste. Elle parut dans une édition imprimée au cours de l’été 1784 avec la célèbre Sonate en La majeur («alla turca») K. 331 et la lyrique, et techniquement très délicate, Sonate en Fa majeur K. 332. Contrairement à l’avis des spécialistes de Mozart plus anciens, ces trois sonates ne furent composées que peu de temps avant leur mise sous presse. Cette première édition imprimée est importante d’un point de vue éditorial car de nombreux détails divergent de manière si nette du manuscrit de Mozart qu’ils ne peuvent être attribués qu’à l’intervention du compositeur lui-même. Ce point concerne en particulier le mouvement lent de la Sonate en Ut majeur K. 330 dont les dernières mesures au ton si mélancolique sont encore absentes de l’autographe.

*****

1er MOUVEMENT Cette sonate offre un contraste total, à bien des égards, avec l’œuvre qui précède. Elle ne comporte aucune trace de mélancolie, si ce n’est la note de tristesse qui domine la partie centrale de l’Andante. Le premier mouvement est d’une gaieté exubérante.

2eme MOUVEMENT Il est suivi d’un Andante cantabile intime, avec un épisode en mineur admirablement expressif qui contient de la très belle composition contrapuntique dans sa partie en la bémol. La riche articulation et les scrupuleuses indications de dynamique témoignent de la prédilection de Mozart pour cette sonate. Signalons au passage que les quatre dernières mesures de ce mouvement central ne figurent pas dans l’autographe. Mozart les a ajoutées en livrant la sonate à l’imprimeur. Géniale illumination de dernière heure !

3eme MOUVEMENT Cet Andante est suivi d’un mouvement final joyeux et vigoureux en forme sonate portant l’indication Allegretto. Son développement commence par un thème aux accents folkloriques sous lequel on pourrait facilement inscrire les paroles facétieuses d’un chant populaire viennois «Unsre Katz hat Junge kriegt …»

Paul et Eva Badura-Skoda

Pour plus d'information

0602.mp3

« BackTrouver un fournisseur »
Titre à sélectionner »Ajouté à la sélection »