«Le célèbre solo» de Dragonetti, son morceau de bravoure préféré, écrit à l’origine pour contrebasse et orchestre, reste paradoxalement méconnu. Cela ne peut pas provenir de l’oeuvre en elle-même, très virtuose, mais plutôt de l’état confus des sources et de ses différentes versions. Tobias Göckler propose dans son édition l’arrangement inédit de Dragonetti pour contrebasse et quatuor à cordes, conservé sous la forme d’autographe.