Dans ses nombreux recueils de petites pièces de caractère, l’inventif Max Reger développa peu à peu, dans l’ombre des épigones du romantisme, son style original à l’harmonie modulante faisant en même temps appel à un langage formel classique. Les «Dix petites pièces pour piano» op. 44 de 1899 sont particulièrement intéressantes, car elles témoignent d’une audace harmonique surprenante. Dix courtes pièces de niveau intermédiaire portant des titres tels que «Albumblatt», «Burletta», «Es war einmal» ou simplement «Capriccio» se succèdent et permettent au pianiste de se familiariser avec l’œuvre de Reger. Les doigtés originaux du compositeur confèrent un intérêt tout particulier à cette édition urtext élaborée avec soin.