Tirant parti du Prélude en ut dièse mineur op. 3 n° 2, composé en 1892 déjà et devenu rapidement célèbre, Rachmaninov écrivit jusqu’à 1910 deux autres recueils de Préludes publiés également en un volume en 1911. S’inspirant des modèles correspondants de Chopin, Scriabine ou encore Bach, le grand aïeul, ils forment un cycle de 24 Préludes dans toutes les tonalités majeures et mineures, mais, contrairement à ceux de ses prédécesseurs, ne sont pas classés systématiquement d’après des tonalités. Un dernier sommet de la musique pour piano postromantique, auquel aucun pianiste n’échappe!