Au cours des dernières années de sa vie, Schubert parvint plus facilement à trouver des édi-teurs pour ses œuvres. Ainsi ses Impromptus et Moments musicaux furent-ils publiés en 1827 et 1828. Probablement pour rester dans le sillage du succès de ces éditions, il composa en mai 1828 trois autres morceaux qui n’ont absolument rien à envier aux précédents, mais ne furent édités qu’en 1868 par Brahms. C’est sans doute la raison pour laquelle ils sont moins connus – bien à tort.