Le cycle de pièces pour piano «Harmonies poétiques et religieuses» (HN 639) fut inspiré à Liszt par des poèmes philosophiques et religieux du romantique français Alphonse de Lamartine.
Tandis que dans son ensemble ce cycle est resté relativement ignoré, quelques pièces, isolées, se sont établies dans le répertoire pianistique standard de haut niveau. Ceci vaut également, à côté de «Funérailles» (HN 748), pour la pièce la plus longue du cycle, «Bénédiction de Dieu dans la solitude». Cette œuvre, musicalement des plus expressives, apparaît pour la première fois séparément dans notre catalogue; le texte de Lamartine, donné en trois langues, ouvre le volume. Le doigté est du compositeur.