L’op. 24 de Grieg repose sur une mélodie ancienne datant probablement du 16e siècle. Cette «Ballade en forme de variations» vit le jour au cours de l’hiver et du printemps 1875/1876, c’est-à-dire dans les mois qui suivirent la mort de ses parents. Elle est souvent présentée comme une tentative de surmonter cette période difficile. La ligne de basse chromatique descendante sous-tendant toute la pièce en est le signe le plus remarquable. Considérée comme l’œuvre pour piano la plus significative de Grieg, cette ballade est sans doute aussi sa composition la plus personnelle – lui-même ne la joua toutefois jamais publiquement. Les doigtés élaborés spécialement pour cette édition urtext permettent d’appréhender une écriture dense ponctuée de nombreuses pédales harmoniques et de structures polyphoniques.