Comme Salut d’amour, les deux Chansons font partie des mélodies les plus populaires d’Elgar. La rêveuse Chanson de nuit et son gai pendant, Chanson de matin, sont fréquemment jouées ensemble. De ce fait, il paraît presque incongru qu’Elgar ait achevé la Chanson de nuit en tant que pièce isolée en octobre 1897 et qu’il l’ait proposé peu de temps après à son éditeur, Novello, en vue d’une publication. La Chanson de matin ne suivit qu’un an et demi plus tard; Elgar révéla à Novello à cette occasion que «mon esquisse (que j’ai retrouvée la semaine dernière, et complétée depuis) m’a apporté la preuve que cette pièce devait former un diptyque avec celle que vous avez déjà en votre possession». Nous avons ici deux indémodables du répertoire pour violon, faciles à maîtriser sur le plan technique, édités d’après les éditions originales et pourvus de doigtés par le violoniste anglais et spécialiste d’Elgar Rupert Marshall-Luck.