Une soixantaine d’années après son premier concerto pour cor, Richard Strauss, se tournant à la fin de sa vie vers son enfance, écrivit un second concerto pour cor et orchestre, également en Mi bémol majeur. Cette œuvre tardive d’une parfaite beauté, qui ne laisse rien transparaître des circonstances oppressantes de la mauvaise santé de Strauss et de la Seconde Guerre mondiale, fut créée en 1943 avec Gottfried von Freiberg en soliste et Karl Böhm à la direction. Ce concerto ne fut publié sous forme imprimée qu’après la mort de Strauss, à Londres, si bien qu’une nouvelle édition critique sur la base des sources autographes et du matériel d’orchestre de la création s’imposait de manière incontournable. L’éditeur Hans Pizka, ancien cor solo à l’Opéra d’État de Bavière à Munich, et qui a été l’élève de Gottfried von Freiberg, a recueilli en droite ligne la tradition d’exécution et la genèse du concerto.