Dans l’autographe de son concerto pour cor le plus fameux, Mozart a noté non seulement sa composition à l’encre noire, mais aussi en rouge, vert et bleu. On ne saura jamais si ce n’était là qu’espièglerie ou s’il avait au contraire quelque chose de particulier en vue. La réduction pour piano renoue en tout cas avec l’inventivité de Mozart, rendant le texte de la partie de cor Urtext jointe exactement dans les couleurs de l’autographe. Puisse la notation polychrome inciter les cornistes à découvrir de nouvelles interprétations de ce concerto si populaire!