Wolfgang Amadeus Mozart

Concerto pour flûte n° 1 en Sol majeur K. 313

András Adorján (Editeur)

Siegfried Petrenz (Réduction pour piano)

Robert D. Levin (Cadences)


Edition Urtext, réduction pour piano, reliure paperback

Pages 54 (IV+34+16), Dimension 23,5 x 31,0 cm

Poids 236 g

HN 673 · ISMN 979-0-2018-0673-0

18.50 €
T.V.A incluse, en sus frais d'envoi

disponible

Contenu/Détails

  •  
  • Degré de difficulté (Explanation)
  • Autres titres du même degré de difficulté
  • Concerto pour flûte Sol majeur KV 313
  • Flûte 7 difficile

Audio/Vidéo

Henleverlag

Vous trouverez d'autres vidéos sur notre chaîne Youtube :

Préface

Si dans l’œuvre importante de Mozart les compositions pour flûte soliste n’occupent qu’une place modeste, il n’en reste pas moins que les concertos pour flûte K. 313 et 314 comptent sans nul doute parmi les plus connus et les plus remarquables du genre. On ne peut guère dater avec précision la genèse de ces deux concertos. La recherche récente (cf. en … poursuivre

Ouvrir la préface (PDF)

Concernant le compositeur

Wolfgang Amadeus Mozart

Wolfgang Amadeus Mozart

Mozart est l’un des rares compositeurs à avoir produit des œuvres exemplaires dans tous les genres musicaux. Grâce à ses tournées de concerts entreprises de bonne heure il a recueilli de multiples et diverses impressions musicales (Londres, Mannheim, l’Italie, Paris) qu’il a assimilées au cours de sa jeunesse et qui ont contribué à forger son langage musical jusqu’à son accomplissement.

1756Né le 27 janvier à Salzbourg, fils du musicien Leopold Mozart, plus tard compositeur de la cour. Un enseignement très précoce de la musique, sous la férule de son père, à partir de 1761 et premières compositions à l’âge de 5 ans.
1763–66Assez longues tournées de concerts dans diverses villes allemandes et à Paris, Londres, Amsterdam, en Suisse. Il compose ses premières sonates pour violon et piano K. 10-15, dédiées à la reine Charlotte, de même que les premières symphonies K. 16, 19, écrites à Londres, qui traduisent l’influence des œuvres de Johann Christian Bach et Karl Friedrich Abel (forme tripartite de la Sinfonia italienne).
1767Création à Salzbourg du Singspiel sacré «Die Schuldigkeit des ersten Gebotes» («Le devoir du Premier commandement») K. 35 (composé avec Michael Haydn et Anton C. Adlgasser) et de l’Intermède «Apollon et Hyacinthe» K. 38. Voyage avec son père et sa sœur à Vienne.
1768Création (peut-être) à Vienne, du Singspiel «Bastien et Bastienne» K. 50. Composition de ses premières messes.
1769Représentation du dramma giocoso «La finta semplice» K. 51 à Salzbourg.
1769–71Deux voyages en Italie; il rencontre entre autres Farinelli, P. Nardini et le père Martini; rencontre avec Hasse lors du second voyage. Création à Milan en 1770 et 1771 de l’opera seria «Mitridate, Re di Ponto» et de la festa teatrale «Ascanio in Alba». Composition de symphonies et du 1er Quatuor à cordes (1770, K. 80).
1771Composition de l’oratorio «La Betulia liberata» K. 118 à Salzbourg et en Italie.
1772Création de la Serenata drammatica «Il sogno di Scipione» K. 126 pour l’intronisation de l’archevêque de Salzbourg Hieronymus comte Colloredo. Mozart est engagé et appointé comme Konzertmeister de la chapelle de la cour de Salzbourg (dont il était membre gracieux depuis 1769). Troisième voyage en Italie avec son père, création à Milan du Dramma per musica «Lucio Silla» avec un bon succès. Le dernier voyage en Italie marque la fin de sa jeune phase d’appropriation: il s’est exercé dans tous les genres instrumentaux importants (symphonie, sonate, quatuor à cordes) et dans tous les genres courants de l’opéra (Singspiel, opera buffa, opera seria, festa teatrale).
à partir de 1773Composition de quatuors à cordes (K. 168-173) sous l’influence de Haydn, de symphonies, divertimenti, sérénades. Sollicité par ses tâches de service, il se consacre plus intensément à la musique sacrée; plusieurs messes voient le jour. Il se lance dans la composition de concertos pour violon et pour piano.
1775Création à Munich du dramma giocoso «La finta giardiniera» et de la Sérénade «Il Rè pastore». Sonates pour piano K. 279-284.
1777Il quitte provisoirement son poste et entreprend, pour se faire connaître, un voyage avec sa mère à Munich, Mannheim et Paris.
1778Composition de la Symphonie parisienne en Ré majeur (K. 297). Il assiste à Paris à la querelle entre Gluckistes et Piccinnistes. Édition de sonates pour violon.
1779Il reprend son service à Salzbourg en tant qu’organiste de la cour. Messe du Couronnement en Ut majeur.
1781Création à Munich de la tragédie lyrique «Idoménée» qui réalise une symbiose entre des éléments français et italiens. Voyage à Vienne. Après sa rupture avec l’archevêque de Salzbourg, il démissionne et déménage à Vienne où il gagne sa vie en tant que compositeur indépendant et par une activité de concerts et d’enseignement. Sa dernière grande période créatrice vient de commencer.
1782Il apprend auprès du baron van Swieten à connaître les œuvres de Bach et de Händel; sur ce il arrange les fugues de Bach et introduit dans ses œuvres le «style savant» (fugue et contrepoint) aux côtés du «style galant» (entre autres les Quatuors à cordes en Sol majeur K. 387, en 1782; la Sonate pour piano en Fa majeur K. 533, en 1786; la Symphonie Jupiter K. 551, en 1788; La «Flûte enchantée» et le Requiem en ré mineur K. 626, les deux en 1791). Création à Vienne du Singspiel «L’Enlèvement au sérail». Composition de la Symphonie Haffner en Ré majeur K. 385.
1738Messe en Ut mineur K. 427, Symphonie «Linz» en Ut majeur K. 425.
1784Quatuor «La Chasse» en Si bémol majeur K. 458.
1785Création de l’oratorio «Davide penitente» K. 469 à Vienne. Quatuor en Ut majeur K. 465 («Les dissonances»).
1786Création de la comédie avec musique «Der Schauspieldirektor» (Le Directeur de théâtre) K. 486 dont Salieri triomphe avec son œuvre concurrente «Prima la musica e poi le parole». Création à Vienne de l’opera buffa «Les Noces de Figaro» dont les sections finales à l’action interminable constituent l’apogée de l’opéra bouffe. Symphonie «Prague» en Ré majeur K. 504.
1787Sérénade en Sol majeur K. 525 (Une Petite musique de nuit). Il est nommé compositeur de chambre impérial et royal. Création à Prague du dramma giocoso «Il dissoluto punito ossia Il Don Giovanni» (Don Juan) dans lequel fusionnent l’opéra sérieux et l’opéra comique.
1788Composition des grandes symphonies en Mi bémol majeur K. 543, en Sol mineur K. 550 et en Ut majeur (Jupiter) K. 551. Quintette pour clarinette en La majeur K. 581.
1790Création à Vienne du dramma giocoso «Così fan tutte ossia La scuola degli amanti».
1791Création à Prague de l’opera seria «La Clémence de Titus» et à Vienne du Singspiel «La Flûte enchantée». Concerto pour clarinette en La majeur K. 622. Le Requiem demeure inachevé. Il meurt le 5 décembre à Vienne.

© 2003, 2010 Philipp Reclam jun. GmbH & Co. KG, Stuttgart

… poursuivre

Concernant les auteurs

András Adorján

András Adorján (Editeur)

András Adorján was born in Budapest, grew up in Denmark  and has since 1974 been living in Munich. Dentist diploma in Copenhagen 1968. Flute studies with Aurèle Nicolet and Jean-Pierre Rampal. Laureat of international flute competitions and principal flutist of important european orchestras.

From 1987 professor in Cologne, since 1996 in Munich. With more than 100 recordings and as editor of a unique and extensive encyclopedia „Lexikon der Flöte“ he is today one of the most prominent flutists of his generation.

… poursuivre

So sind die Texte der neuen Klavierauszüge von Bachs a-Moll-Violinkonzert und Mozarts G-Dur-Flötenkonzert über jeden Zweifel erhaben. Zuverlässig geben die Solostimmen Auskunft darüber, "was uns die Quellen erzählen" und bieten mit dem Klavierauszug der Orchesterbegleitung die solide Basis fürs häusliche und professionelle Studium.
An András Adorjáns makelloser Ausgabe sind vor allem die stilsicheren Kadenzen und Eingänge des auch als Hammerflügel-Spezialist ausgewiesenen Mozart-Forschers Robert D. Levin hervorzuheben.
[Neue Musikzeitung]

... Les éditions Henle sortent une nouvelle collection comprenant les grandes pages de la concertante du répertoire avec la partie orchestrale réduite à un piano. ... Cette collection comporte les doigtés pour la partie soliste, une présentation claire (avec un effort particulier concernant les tournes) ainsi qu'une introduction trilingue.
[Ecouter voir]

I would definitely recommend this edition for both teaching and performing -- it is unfussy and refreshing.
[Pan magazine]

Finalemente anche la grandi case dell'editoria musicale si stanno accorgendo dell'imprtanza del repertorio Flautistico, così anche la Henle Verlag, la grande casa editrice di Monaco, un punto di riferimento tra le edizioni cosí dette "Urtext", si è

lanciata nel mondo del flauto. ... Poco c'è da dire sulla qualità dell'edizione che, come è abituale per la Verlag, è di altissima qualitsà, sia per la leggibilità della parte, la qual cosa non è assolutamente di secondaria importanza, sia per la cura dell'edizione critica che segue i più severi dettami di un'edizione critica: estrema attendibilità verso l'autografo e la prima edizione, ...
[FaLaUt]

... Die Kadenzen und Eingänge von Robert D. Levin sind im Mozartstil geschrieben, Sprünge bzw. Anregungen zu einer eigenen Version sind gegeben. Das Notenbild ist sehr deutlich und übersichtlich. ...
[Flöte aktuell]

... L'édition, comme toujours chez la firme Henle, est extrêmement soignée et d'une clarté exemplaire. ... Enfin, les cadences sont proposées par Robert Levin dans une conception didactique intéressante. Elles sont de dimensions un peu plus restreintes que les grandes cadences (Rampal, Marion, Taffanel...) auxquelles nombre d'entre nous sont habitués, mais elles s'attachent surtout à mettre en valeur des sections typiques d'improvisation, instruisant ainsi l'interprète sur les cellules mélodiques et rythmiques à choisir et le traitement à leur apporter. Ces cadences - ou plutôt ces exemples de cadences - sont donc en quelque sorte "à géométrie variable". Il est possible de les construire ou simplement de s'en inspirer à sa guise. La démarche vaut la peine d'être soulignée et contribue à faire de ces éditions un matériel didactique de premier ordre.
[La Traversière]

... In this new edition the music is laid out so the entire exposition can be played without a page turn, and similar care was taken with the piano score. The modest articulations are reminiscent of the Baerenreiter editions of Bach and Mozart. This edition includes two cadenzas by Robert D. Levin in the style of the Mozart, with rehearsal numbers marked in the cadenzas.
[Flute Talk]

 ... Der Klavierauszug erscheint für den einigermaßen versierten Laien bewältigbar; die Eingänge und Kadenzen von Robert D. Levin "sollen durch ihre Variabilität Anregung zu Improvisation und eigener Komposition bieten".
[Das Liebhaberorchester]

In erster Linie für Probenzwecke oder für Vorspiele im engeren Rahmen dienen die Klavierauszüge mehrerer Instrumentalkonzerte. Daß auch derartige Funktionsmusikalien vom Henle-Verlag mit aller Sorgfalt betreut werden - die Einrichtung der Seiten nach dem Gebot praktikabler Wendestellen mag dafür als ein Beleg dienen -, gereicht ihm zur Ehre. Die Ausarbeitung der Klavierpartie durch Jan Philip Schulze (KV 315,447) und Siegfried Petrenz (KV 219,313,314) geben die musikalische Substanz in wünschenswertem Maße wieder, ohne je überfüllt zu wirken oder gar pianistischer Selbstdarstellung zu frönen. ... Robert D. Levin gestaltet technisch anspruchsvolle und stilistisch einfühlsame Soloauftritte. Wer sich als Spieler nicht auf die eigene Improvisationsgabe verlassen will oder kann, der sollte sich getrost dieses Materials bedienen. ... Alle Ausgaben enthalten Vorworte mit knappen Abrissen der jeweiligen Entstehungs- und Überlieferungsgeschichte; bei den Kammermusikwerken sind außerdem Bemerkungen zur Textgestalt beigegeben. Fazit: Diese "taubenblauen Urtexte" sollten den Weg auf viele Notenpulte finden!
[Acta Mozartiana]