Contrairement à Mozart, Haydn n’était pas un virtuose du piano. Il dirigeait certes ses œuvres orchestrales depuis le clavecin et jouait également ses sonates pour piano en public, mais ne se considérait absolument pas comme un pianiste de concert. Aussi ne nous sont parvenus «que» trois concertos pour piano de sa main. En raison de ses mélodies originales et fraîches, de ses subtilités harmoniques et de son architecture claire, le concerto pour piano et orchestre en ré majeur Hob. XVIII:11 est celui qui est le plus souvent joué. Pourtant, malgré sa célébrité, on ne connaît ni son année de composition, ni l’occasion pour laquelle il a été composé. La préface de la réduction pour piano présentée ici traite de ces questions de manière détaillée. La partition s’appuie sur celle de l’édition complète des œuvres de Haydn également parue aux éditions G. Henle.