Le célèbre Concerto pour piano de Grieg s’avère être un véritable défi sur le plan éditorial. L’oeuvre était déjà tellement connue du vivant du compositeur qu’elle a fait l’objet de multiples réimpressions, en partie revues et corrigées par Grieg même. Une préface circonstanciée fait la lumière dans l’imbroglio des sources. Einar Steen-Nökleberg, connu en particulier pour son interprétation de l’ensemble de l’oeuvre pianistique de Grieg, a remanié avec ménagement, conformément aux impératifs pianistiques, la partie de piano «orchestrale».