En 1859, au lendemain du fiasco de son Premier Concerto pour piano, Brahms écrit à son ami Joseph Joachim: «… le Deuxième sera différent». Il faudra cependant attendre une vingtaine d’années pour que ce Deuxième Concerto prenne forme. C’est en effet seulement en 1881 que le compositeur peut annoncer: «Je dois vous dire que j’ai écrit un tout petit concerto pour piano avec un charmant petit scherzo». Notre réduction pour deux pianos de ce concerto symphonique pas si petit que cela reprend la partie soliste telle qu’elle est parue récemment dans le volume correspondant des oeuvres complètes de Brahms (HN 6020). Avec ses doigtés, Lars Vogt a réussi à dompter l’écriture opulente du piano. La transposition raffinée du complexe accompagnement d’orchestre pour un deuxième piano est de Johannes Umbreit.