Les deux Aequale pour trois trombones peuvent être qualifiés d’œuvres de jeunesse de Bruckner: c’est un jeune homme de 22 ans à peine qui les composa en janvier 1847, pour les funérailles de sa grande-tante, du temps où il était auxiliaire scolaire à l’abbaye de Saint-Florian, près de Linz. Indépendamment du caractère précoce de cette composition, les deux brefs Aequale, avec leurs harmonies à la fois expressives et romantiques, sont déjà du «vrai» Bruckner, qui préfigure les pages de trombones en forme de choral de ses symphonies plus tardives. Avec les trois Equale pour quatre trombones WoO 30 (HN 1151) de Beethoven, ils comptent parmi les classiques de la littérature pour trombone. L’édition Henle-Urtext repose sur les sources autographes conservées dans les bibliothèques des abbayes de Saint-Florian et de Seitenstetten. Pour la partie de trombone basse perdue du second Aequale, elle propose un essai de reconstitution à des fins d’exécution.