Entre 1859 et 1885, avec ses quatre symphonies, ses deux concertos pour piano, un concerto pour violon, des danses, des variations et des ouvertures, Brahms était devenu le représentant incontournable de la grande musique orchestrale. En 1887, il choisit d’écrire son double concerto en la mineur op. 102 pour le violon et le violoncelle, car il disposait pour ces instruments de solistes de premier plan: après la création de la deuxième sonate pour violoncelle de Brahms, le violoncelliste Robert Hausmann lui avait demandé une pièce de concert; quant au fameux violoniste Joseph Joachim, il entretenait avec Brahms des liens d’amitié et avait notamment créé son concerto pour violon. Après la tonalité sombre de la quatrième symphonie, ce concerto apparaît comme particulièrement optimiste et réconciliateur. Également paru dans le cadre de la nouvelle édition complète des œuvres de Brahms, il est proposé ici sous la forme très maniable de partition d’étude.