Tout comme Dichterliebe (HN 549), Frauenliebe und Leben (HN 547) ou les cycles de lieder d’après Heine et Eichendorff (HN 548 et 550), le cycle Kerner op. 35 fut composé en 1840, l’année du lied de Schumann. Sa position est néanmoins particulière: il vit le jour juste après le mariage de Schumann avec Clara Wieck. En novembre, au cours d’une «semaine calme, passée à composer, s’aimer et s’embrasser», Schumann mit en musique un groupe de poèmes. Le cycle, contenant quelques allusions musicales très intimes, fut terminé à la fin de l’année. La première édition de 1841 fut aussitôt suivie d’un second tirage, de nombreux lieder parurent séparément et le «Wanderlied» fit rapidement son entrée au répertoire. Avec notre édition, ce cycle de Schumann paraît pour la première fois à nouveau en un seul volume.