Les huit lieder composés en 1885 sur des textes du poète Hermann von Gilm, aujourd’hui peu connu, occupent une place à part dans la production de lieder de Richard Strauss. Pour la première fois, il a mis ici en musique tout un groupe de lieder sur des textes d’un seul poète et les a ensuite réunis en un seul opus également destiné à l’impression. Certains numéros comme Zueignung, Die Nacht, et Allerseelen comptent parmi les lieder les plus populaires de Strauss, mais c’est aussi le cycle dans son intégralité qui est, de par son aménagement bien disposé, digne de considération et d’être exécuté en public: le compositeur encore en pleine évolution se situe ici très consciemment dans la tradition de Schubert à Wolf, et choisit, avec l’amour vain, un thème hautement romantique, qui se trouve mis en lumière sous les facettes les plus diverses.
La source principale de l’édition Urtext de Henle est la première édition parue en 1887, que Strauss pourvut d’une dédicace au chanteur de la cour royale de Bavière, le Kammersänger Heinrich Vogl - une incitation à prendre très au sérieux pour nos chanteurs contemporains, afin de les empêcher d’abandonner exclusivement ces merveilleux lieder de Strauss aux chanteuses!