Les Quatre Lieder op. 27 tiennent une place à part parmi les nombreuses œuvres que Richard Strauss a écrites pour son épouse, Pauline de Ahna, puisqu’il les offrit en cadeau de mariage à sa «bien-aimée Pauline» le 10 septembre 1894. Ce cycle de lieder, à la différence des précédents, ne se limite pas à un seul poète. Bien davantage, Strauss associe ici des poèmes de Karl Henckell (Ruhe, meine Seele) et Heinrich Hart (Cäcilie) à deux textes de John Henry Mackay (Heimliche Aufforderung et Morgen!) en un ensemble contrasté de lieder enflammés.
En sus de la première édition des Lieder op. 27 parue en 1894 tout d’abord pour voix élevée, suivirent encore du vivant du compositeur des éditions transposées pour voix moyenne et grave, comme cela allait devenir la règle pour tous les lieder de Strauss.
L’édition pour voix moyenne Urtext Henle a recours à ces transpositions éprouvées jusqu’à aujourd’hui, afin de pouvoir proposer ce merveilleux cycle de lieder à chaque tessiture de voix!