Contrairement à celles de Schubert par exemple, les valses de Chopin ne sont plus destinées à être dansées et n’ont pas leur place dans une salle de bal. Il s’agit de valses de concert idéalisées que leur compositeur interprétait de préférence dans les élégants salons parisiens fréquentés par des mélomanes. Sa «Grande Valse Brillante» op. 18 en constitue un exemple caractéristique. Grâce à sa profusion d’inspirations mélodiques charmantes et d’atmosphères différentes – tantôt douces et apaisantes, tantôt animées ou solennelles –, cette valse devint l’une des plus populaires de Chopin. Son niveau intermédiaire permet également à des pianistes moins chevronnés de découvrir la facette brillante de Chopin et de la jouer.