La «Grande Valse» op. 42 est sans doute celle démontrant de la manière la plus flagrante que les valses de Chopin ne sont plus de la musique de danse, mais bel et bien des morceaux de concert raffinés à jouer dans les salons ou les salles de concerts. Son thème principal sinue élégamment dans un léger décalage rythmique entre l’accompagnement caractéristique à trois temps et la mélodie à deux temps. «Pièce de salon de la plus grande noblesse» selon Robert Schumann, cette valse reste tout à fait maîtrisable par des amateurs de bon niveau, malgré son brio et sa virtuosité.