Particulièrement appréciés, les concertos pour clavecin de Bach sont, selon toute vraisemblance, des transcriptions réalisées par Bach lui-même de concertos pour solistes originellement destinés au violon ou à un instrument à vent de la famille des bois: mais rien ne permet de l’entendre le moins du monde. Dans de nombreux cas, nous ne connaissons pas le modèle original, mais il n’en va pas ainsi pour le Concerto en Ré majeur BWV 1054, qui fut composé vers 1738 en tant que transcription du concerto pour violon en Mi majeur BWV 1042. Et une fois de plus, Bach parvient à transformer comme par magie la partie de violon en une partition brillante et particulièrement idiomatique pour instrument à clavier. Ce n’est pas seulement cette réussite, d’ailleurs, qui explique pourquoi le BWV 1054 fait partie des succès les plus éclatants de l’abondant catalogue de Bach, mais bien plutôt le caractère allègre et enjoué de ses premier et troisième mouvements.
La réduction pour piano comprend la partie de soliste ainsi qu’une réduction pour piano soigneusement élaborée pour la pratique par Johannes Umbreit.