Dans ses recueils d’Impromptus et de Moments musicaux, Franz Schubert démontre avec brio à la fin de sa vie comment la forme lyrique et chantante du lied peut être transposée au piano. Ses célèbres Impromptus op. 90 par exemple, possèdent dans toute leur simplicité l’évidence d’œuvres d’art pleinement abouties et comptent parmi les œuvres les plus populaires de la musique pour piano romantique. Le premier impromptu de l’opus 90, en ut mineur, que nous proposons ici en édition séparée, s’articule quasi exclusivement autour d’une mélodie unique constamment répétée. Tantôt souligné avec insistance, son caractère de marche disparaît parfois tant il est teinté de lyrisme. Sa sombre majesté, l’alternance saisissante entre le majeur et le mineur, les escapades dans de grandes étendues harmoniques, permettent au pianiste de se plonger dans l’univers sonore de Schubert. Très documentée, l’édition urtext parue chez Henle en propose une partition élaborée avec précision.