Conformément à ce genre créé par Franz Schubert, les quatre impromptus de Chopin présentent un fort caractère d’improvisation tout en restant toujours parfaitement légers et élégants. Ces qualités s’appliquent en particulier aux trois premiers morceaux du présent volume, les opus 29, 36 et 51. Tandis que le premier d’entre eux date vraisemblablement de 1837, l’op. 36 fut composé en 1839 et l’opus 51 trois ans plus tard, pendant le séjour de Chopin au domaine de Nohant appartenant à l’écrivain George Sand avec qui il entretenait une relation amoureuse. Le numéro d’opus de la Fantaisie-Impromptu op. 66 est trompeur, car elle fut composée en 1834, soit avant les trois autres impromptus. Chopin n’avait manifestement pas prévu de la faire publier, mais son ami Julian Fontana se chargea de le faire après la mort du compositeur. La version imprimée dénote toutefois des différences tellement importantes par rapport au manuscrit autographe heureusement conservé, que l’édition Henle-Urtext reproduit les deux versions.