Sur le départ pour un congé prolongé, Ravel écrit au mois de juin 1905 à un ami: «J’ai été horriblement occupé à cause d’une pièce de harpe commandée par la maison Érard. 8 jours de travail acharné et 3 nuits de veille m’ont permis de l’achever, tant bien que mal.» Rien toutefois dans cette œuvre ne trahit la hâte avec laquelle elle a été composée. Il semble bien plutôt que Ravel ait su, dans cette pièce brève mais très particulière, exploiter toutes les possibilités sonores de la harpe. Ce septuor à la formation hors norme enrichit les éditions Henle-Urtext avec de la musique de chambre de Ravel.