«Je crois qu’il s’agit d’une chose bien curieuse» – voici comment Robert Schumann qualifia dans une lettre son Konzertstück pour quatre cors et grand orchestre. Il ouvrit en effet avec cette œuvre de nouveaux horizons quant à la formation et l’exploitation de cet instrument. Le cor à pistons, alors tout récent en 1849, l’année de la création du Konzertstück, permettait l’exécution de traits virtuoses et de nouvelles modulations encore impensables auparavant, ressources que Schumann, en écrivant pour quatuor de cors, ne se gêna pas d’exploiter. Le Konzertstück est aujourd’hui encore le morceau romantique pour cor par excellence et un véritable défi pour chaque soliste.