Debussy n’antéposa sciemment aucun titre à ses Préludes pour piano (HN 383), publiés en 1910, mais les nota entre parenthèses à la fin de chaque morceau, pour ainsi dire comme un commentaire ultérieur à la pièce interprétée. Cependant, le numéro 8 du recueil devint, aussi en édition séparée célèbre sous le nom «La fille aux cheveux de lin», tant l’image suggérée correspond à merveille à cette musique à la fois rêveuse et gracieuse. Après la mort de Debussy, ce prélude a fait l’objet de maintes transcriptions pour diverses formations. Notre édition séparée présente, dans sa version Urtext, ce morceau très apprécié, accompagné d’une préface détaillée.