En 1786, sur commande du chanoine de la cathédrale de Cadix, Haydn compose des musiques méditatives à jouer en alternance, le Vendredi saint, avec la lecture des dernières paroles du Christ. Cette version orchestrale ainsi qu'une adaption pour quatuor à cordes (HN 851 et HN 9771) paraissent dès le printemps 1787 chez l'éditeur viennois Artaria. A peine dix ans plus tard, Haydn compose en outre une version oratorio, disponible chez Henle dans la série «Studien-Edition» (HN 9830). Haydn ne réalise certes pas lui-même la version pour «Clavicembalo o Forte Piano», mais, ayant pris connaissance des épreuves, il la loue disant qu'elle est «trés bonnes et écrite avec un zèle particulier». D’ailleurs cette œuvre des plus expressives convient aussi remarquablement pour une exécution sur orgue.