En 1910 paraissait le premier livre des Préludes pour piano de Debussy (HN 383). Peu après, l’éditeur original publiait des transcriptions pour diverses formations instrumentales. Une seule transcription est de la plume du compositeur cependant: celle, pour violon et piano, de Minstrels, publiée en 1914. Le mot «Minstrels» renvoie à des groupes de clowns musiciens qui, maquillés, imitaient la conduite prétendue d’afro-américains. Cette transcription revêt de l’intérêt pour les violonistes, qui trouveront ici une partition attrayante et gratifiante de difficulté moyenne (5 de 9), mais aussi pour les pianistes, qui découvriront les divers changements que Debussy a fait subir au texte musical d’origine.