De la fameuse année 1840, celle des Lieder, au cours de laquelle Schumann composa plus de cent mélodies, datent aussi les «Myrthen» op. 25 que le compositeur dédia «à sa chère fiancée» Clara Wieck-Schumann. À côté d’aussi célèbres mélodies que «Widmung», «Lotosblume» ou encore «Nussbaum» sur des textes de poètes allemands, se trouvent également quelques escapades vers des contrées plus lointaines comme les Highlands écossais d’un Robert Burn ou encore les «Mélodies vénitiennes» de Thomas Moore. La spécialiste de Schumann Kazuko Ozawa a examiné, outre la première édition de 1840, l’ensemble des sources manuscrites, et a découvert parmi les autographes dédicacés d’intéressantes versions primitives de certaines mélodies, ici reproduites en annexe. Une introduction exhaustive sur la genèse des «Myrthen» complète cette édition Urtext qui enrichit d’un superbe volume la série des cycles de Lieder de Schumann du G. Henle Verlag.