«Concerto pour hautbois de 1945, suscité par un soldat américain (hautboïste de Chicago)», notait Strauss. Et, de fait, le «hautboïste» et soldat d’occupation John de Lancie avait bien demandé au compositeur en mai 1945 s’il n’avait donc jamais pensé à écrire un concerto pour hautbois. La réaction de Strauss fut négative, mais il se mit néanmoins bientôt au travail. Dès octobre 1945, il avait terminé sa partition dans son lieu d’exil suisse, en 1946 eut lieu la création à Zurich. La première édition ne parut à Londres qu’en 1948, sans doute dans une large mesure sans la participation du compositeur. Car aussi bien la partition imprimée que les parties d’orchestre laissent apparaître un grand nombre de fautes. Certaines d’entre elles sont connues depuis longtemps, d’autres ne furent découvertes par Hansjörg Schellenberger qu’en procédant à la comparaison avec le manuscrit autographe de la partition et de la particelle. Le hautboïste de renommée mondiale présente ainsi ce concerto en partition et en réduction de piano pour la première fois en tant qu’édition Urtext de la maison Henle!