La grande sonate en Ré majeur pour deux pianos K. 448 est, bien entendu, le fleuron absolu de cette édition «Urtext». Le premier mouvement s’élance comme une ouverture d’opéra avec tambours et trompettes, l’Andante est un superbe et unique dialogue entre les deux pianos et le grandiose rondo final sonne comme un concerto pour piano sans orchestre. Dans cette édition Henle se trouve encore une autre œuvre importante, en l’occurrence, sous sa forme originale de 1783, la fugue grave en Ut mineur pour deux pianos K. 426 sur laquelle plane encore l’esprit de Händel ou de Bach. Mozart la publia peu de temps après dans une version à quatre voix pour cordes en lui ajoutant une magnifique introduction adagio composée pour l’occasion. Pour la présente édition, cette dernière a été retranscrite à son tour pour deux pianos par le formidable musicien Franz Beyer, qui a en outre produit une version exécutable pour deux pianos du «Larghetto et Allegro» en Mi bémol majeur (absent au catalogue Köchel) dont on ne possède que des fragments. L’exécution de toutes les œuvres réunies dans ce volume requiert l’acquisition de deux éditions.