En 1876, Liszt confessait rétrospectivement, mais avec franchise, à la maison Breitkopf & Härtel que ses «transcriptions de Wagner» n’auraient servi «que de modeste propagande, sur un pauvre piano, en faveur du sublime génie de Wagner». De fait, Le Vaisseau fantôme, Tannhäuser et Lohengrin, ces opéras de Wagner qui connurent par la suite un si grand succès, furent donnés vers 1850 au théâtre de la cour de Weimar exclusivement sous la direction de Liszt. Pour la composition de la paraphrase d’après Tannhäuser, Liszt s’est inspiré des exécutions de l’ouverture en novembre 1848 ainsi que de l’ensemble de l’opéra en février 1849 à Weimar. L’adaptation au piano de cette ouverture est une pièce de bravoure de tout premier plan. Elle marque une nouvelle étape dans la série des arrangements lisztiens d’œuvres de Wagner publiée par la maison d’édition Henle.