«Connaisseurs et non connaisseurs devront avouer sans parti pris que Beethoven figurera un jour parmi les plus grands compositeurs d’Europe». Voici ce qu’écrivit Joseph Haydn en 1793 au prince électeur de Bonn, l’informant des progrès de son élève. Ce dernier répondit cependant que la Parthia op. 103, jointe à titre de preuve, lui était déjà partiellement connue. Beethoven avait apparemment seulement remanié une ancienne composition. Nous devons toutefois donner raison à Haydn: la Parthia et le Rondo WoO 25, initialement conçu comme mouvement final, sont des preuves merveilleuses de l’énorme savoir-faire de Beethoven. Notre édition Urtext propose des parties supplémentaires pour cors en Fa.