Dans sa jeunesse, Richard Strauss composa un grand nombre d’œuvres pour piano seul, parmi lesquelles également de nombreuses sonates. Mais seule la Sonate en si mineur fut considérée par lui comme suffisamment importante pour qu’il daigne la faire imprimer et éditer tout de suite. Elle existait sous deux versions, écrites vraisemblablement entre l’hiver 1880 et le printemps 1881, et fut publiée un an plus tard. Strauss suit encore ici les modèles du romantisme allemand. Les deux mouvements centraux de cette sonate exigeante, notamment, font immédiatement penser aux «Romances sans Paroles» et aux Scherzi de Mendelssohn. Il s’agit de la première édition Urtext de cette Sonate pour piano.