C’est un ton passionné, obscur, parfois jusqu’à l’obstination, qui parcourt la Sonate en ut mineur de Haydn. Elle est considérée comme l’«Appassionata» du classique viennois - un véritable coup de maître! On a du mal à se représenter comment l’histoire de sa composition a pu s’étendre sur une période allant vraisemblablement jusqu’à dix années. Mais telle est la durée qui sépare, pourtant, l’esquisse de Haydn en 1771 de la première édition de 1780. Haydn lui-même voyait cette sonate comme quelque chose d’inhabituel, puisqu’un écrit de sa part à son éditeur la dépeint comme «la plus longue et la plus difficile» des six sonates, dont il dédia l’impression aux sœurs Auenbrugger, toutes deux pianistes. Cette édition Urtext séparée, peu onéreuse, avec les doigtés du grand connaisseur de Haydn Paul Lewis, se fonde sur notre édition complète révisée en trois volumes des sonates pour piano de Haydn, une édition ayant fait l’objet d'une révision.