Le premier prélude du volume I du «Clavier bien tempéré» fait partie des pièces les plus jouées de tout le répertoire pour piano. Sa facilité est trompeuse, car il faut construire une tension musicale sans jamais la laisser retomber. Cette tension ne se résout qu’au moment des dernières mesures et débouche sur une fugue nettement plus difficile.

Voir le Henle-Blog pour savoir plus sur cette édition.