L’op. 135 présente deux aspects antinomiques: il s’agit d’une part d’une composition des plus appréciées, mais d’autre part, toutes les tentatives d’édition sont restées insatisfaisantes. Les sources qui nous sont parvenues posent divers problèmes. En effet, l’autographe de Beethoven renferme nombre de contradictions en comparaison à sa copie autographe des parties. L’éditeur de la première édition, parue en 1827, a aplani à sa convenance les divergences car le compositeur était décédé entre-temps. Les éditions ultérieures ont repris telles quelles les corrections ainsi effectuées. Avec la présente édition, Rainer Cadenbach tente de présenter un texte authentique.