Après une interruption de douze ans, Dvorák se tourna en été 1893 à nouveau vers le genre du quatuor à cordes. Depuis l’automne 1892, il travaillait en tant que directeur musical à New York, passant l’été à Spillville (Iowa) où un groupe d’émigrants tchèques s’était établi, ce qui lui donnait le sentiment de se retrouver dans sa patrie. Les fortes impressions laissées par la nature lui inspirèrent ce quatuor à cordes peu conventionnel dans la tradition de la «Pastorale» de Beethoven – jusqu’à l’imitation des chants d’oiseaux. Dès les premières exécutions on considéra que certaines particularités rythmiques et mélodiques étaient dues aux influences de la musique folklorique des indiens et des afro-américains, ce qui fit valoir à l’œuvre, vite devenue populaire, son surnom de «Quatuor américain». Pour la première fois depuis 1955, le quatuor paraît à nouveau en édition Urtext.