La présente édition Urtext due à Henrik Wiese, maître-flûtiste munichois et expert de Mozart, est enrichie par un passionnant avant-propos et un apparat critique exhaustif. On y lit par exemple quelques particularités dans la réception des quatre quatuors pour flûtes de Mozart: l’un des quatuors est très vraisemblablement un faux, et n’est donc pas de Mozart (Ut majeur, Anh. 171 [K. 285b]); un autre n’a que deux mouvements et, de plus de réception bizarre, ce qui légitime pour le moins quelques soupçons quant à l’authenticité de la version connue (Sol majeur, K. 285a); un troisième, certes un authentique quatuor pour flûtes de Mozart, a été jusqu’à présent fort mal daté à la suite du catalogue Köchel (La majeur K. 298, année de composition 1786 – et non 1778 !). Seul le premier quatuor pour flûtes, en Ré majeur (K. 285) est lié avec certitude au séjour de Mozart à Mannheim en 1777. C’est là, comme on le sait, qu’il s’est immortellement épris d’Aloysia Weber, la sœur aînée de Constanze qu’il épousa bien plus tard. L’acquisition de cette magistrale édition s’impose – ne serait-ce que pour cette œuvre.