L’histoire de la genèse du troisième quatuor avec piano de Brahms est particulièrement longue et compliquée. Une toute première version de certaines parties – encore en ut# mineur – fut composée dès 1855/56, mais ni le compositeur ni ses amis ne s’en montrèrent vraiment satis-faits. Brahms remit son œuvre sur le métier en 1869, encore une fois sans trouver la solution idéale. Il fallut attendre 1874/75 pour qu’il lui donne sa version définitive dans laquelle deux mouvements de la version originelle sont remplacés entièrement par deux autres tout nou-veaux. La tonalité «tragique» d’ ut mineur laisse deviner le caractère sombre et passionné de l’œuvre. Brahms évoque d’ailleurs lui-même dans plusieurs de ses lettres «l’atmosphère à la Werther» de son quatuor.