Six œuvres se rattachent au groupe opus 9, le premier groupe rassemblé de quatuors à cordes que l’on connaisse de Haydn. Mais sur le plan formel aussi, le compositeur a suivi de nouvelles voies: s’il s’appuie encore pour les quatuors opus 1 et 2 précédents sur le divertimento à cinq mouvements, il opte cette fois pour la forme en quatre mouvements, celle qui s’imposera à l’avenir. Il utilise en outre un espace sonore élargi et expérimente certains effets de surprise métriques (p. ex. dans le trio du menuet du Quatuor en Sol majeur).