A propos de cet unique et singulier Quintette pour piano et vents (piano, hautbois, clarinette en Si bémol, cor en Mi bémol et basson), on ne peut manquer de rappeler ce que Mozart déclarait à son père: «pour ma part je le tiens pour ce que j’ai écrit de meilleur dans ma vie». La seule source pertinente pour cette nouvelle édition Urtext est la partition autographe de Mozart, une copie minutieuse et presque sans erreurs aujourd’hui conservée à la Bibliothèque nationale de France à Paris. Cette copie contient une page de musique avec une fausse fin qui a été démasquée pour la première fois lors de la mise au point de cette édition et qui fait ici l’objet d’un commentaire.