Alexandre Glazounov était aussi bien à l’aise pour composer des morceaux symphoniques dans un style romantique tardif que pour écrire de la musique de chambre. À l’instar de la Rêverie pour cor et piano, ses brèves pièces pour instruments solistes séduisent par leurs mélodies ravissantes et leur amour du détail. Glazounov était lui-même un bon corniste et joua, en tant que jeune étudiant, dans plusieurs orchestres. C’est de cette époque que date cette œuvre hautement romantique, dans laquelle Glazounov fait admirablement valoir toutes les qualités sonores de l’instrument. Une pièce de concert qui fait son effet tout en étant déjà accessible aux élèves avancés et que nous présentons en exclusivité en édition Urtext; hormis la première édition, nous avons eu recours pour la première fois à l’autographe de Glazounov conservé à la Bibliothèque nationale de Saint-Pétersbourg.