Le 11 mars 1787, Mozart ajoutait «Un rondo pour le piano seul» au catalogue qu’il tenait de ses œuvres. C’est aussi la seule information disponible sur la genèse de cette œuvre que Mozart fit ensuite imprimer très rapidement. Avec son caractère à la fois fantaisiste et légèrement empreint de mélancolie, il s’agit là de l’une des compositions exceptionnelles de Mozart pour le piano.