Tout comme Brahms dans son opus 120, Reger prévit pour sa Sonate op. 107 deux instruments solistes différents: «Je vais arranger la partie de clarinette pour l’alto également, afin que l’on puisse également exécuter la pièce sous cette forme» (lettre à son éditeur). Il ne voulait en aucun cas laisser l’aménagement de la partie d’alto à la maison d’édition, car il fallait changer ici ou là quelques liaisons et octavier certains passages - «je suis le seul à pouvoir faire ce travail!» La tessiture médiane très sonore de l’alto est proche des sonorités de la clarinette, mais confère toutefois à l’oeuvre un coloris tout particulier. Les doigtés destinés à faciliter l’exécution de cette musique et les coups d’archet mis dans cette édition Urtext seront appréciés des altistes.