Si la majeure partie des œuvres de musique de chambre pour instruments à vent de Beethoven fut composée pour des occasions concrètes et des formations prédéterminées, leur fonctionnalité n’épuise pas à elle seule l’intérêt qu’elles présentent. Beethoven eut toujours pour volonté de tester les genres les plus variés de la manière la plus originale possible. Ainsi les cornistes ont-ils le plaisir de compter à leur répertoire la sonate pour cor op. 17 composée en 1800 à l’occasion d’un concert au Hofburgtheater de Vienne pour le corniste le plus célèbre de son temps, Giovanni Punto (Johann Wenzel Stich). À cette époque, pour une diffusion satisfaisante, il était nécessaire d’ajouter une instrumentation alternative. Ainsi trouve-t-on dans la présente édition urtext à la fois une partie de cor et une partie de violoncelle, tout comme dans la première édition.