Considéré comme l’un des plus grands pianistes de son temps (qui se mesura même publique-ment à Mozart sans lui céder en rien), Muzio Clementi n’écrivit pas seulement des œuvres à vocation pédagogique d’importance, mais aussi 63 sonates pour piano. La sonate Didone ab-bandonata est issue de son dernier opus de sonates pour piano composé en 1821. Le thème de Didon d’abord éplorée, puis désespérée et enfin furieuse de l’abandon d’Énée était très en vogue dès le 17e siècle et fit l’objet de nombreuses adaptations à l’opéra, de saynètes isolées et d’un grand nombre d’œuvres instrumentales. Les indications d’interprétation aussi nom-breuses qu’inhabituelles figurant dans la sonate témoignent de ses nuances d’expression parti-culièrement subtiles.