Les sonates pour piano de Haydn ont longtemps circulé uniquement sous forme de copies. Les premières, c’est-à-dire les six sonates Hob. XVI:21–26 dédiées à son employeur, le prince Nicolas Esterházy, ne parurent en version imprimée qu’en 1774. Avec son premier mouvement aux deux thèmes contrastants, son Adagio sensible en fa mineur et son Presto-Finale plein d’allant, la sonate en fa majeur y figurant en troisième position constitue un parangon de la sonate classique. C’est peut-être la raison pour laquelle cette sonate pourtant assez exigeante du point de vue pianistique est jusqu’à ce jour la plus populaire de tout le recueil. Réalisée par Georg Feder, grand spécialiste de Haydn, cette édition urtext reprend la partition de l’édition intégrale des œuvres de Haydn, complétée des doigtés de Hans-Martin Theopold.