Nous savons par ses lettres, que, pour gagner de l’argent, Mozart avait fermement résolu au cours de l’été 1789 de composer six nouvelles sonates pour piano faciles pour la princesse Friederike de Prusse. Seule cette dernière vit le jour et elle est tout sauf «facile». La Sonate pour piano en Ré majeur K. 576 exige au contraire une extraordinaire dextérité et pourrait bien être la sonate techniquement la plus difficile de toutes les sonates de Mozart. Dans les pays anglo-saxons, cette composition, sans doute en raison de son écriture assez complexe de type contrapuntique, est volontiers surnommée «Sonate de la chasse». Il suffit d’écouter le début de cette 18e et donc dernière sonate pour piano de Mozart pour découvrir aussitôt la raison de cette appellation.

Pour plus d'information